L’extrait de pépins de pamplemousse, un antibiotique naturel

Quand vous mangez un pamplemousse, que faites-vous des pépins ? J’imagine que vous les enlevez et les jetez. Mais si je vous disais que ces pépins de pamplemousse, en particulier sous la forme d’extrait de pépins de pamplemousse, pourraient en réalité avoir une profusion de bienfaits pour la santé ? Explorons ces derniers au cœur de cet article.

L’extrait de pépins de pamplemousse, EPP pour les intimes, est considéré comme l’un des meilleurs antibiotiques naturels depuis sa découverte par le scientifique et jardinier Serbe Jacob Harich en 1980 aux Etats Unis. C’est un complément alimentaire utilisé pour soutenir le système immunitaire contre les bactéries, virus, etc. Il est généralement utilisé pour soigner les infections digestives, les infections intestinales, les maux hivernaux, les problèmes dentaires ou encore les candidoses et mycoses.

L’extrait de pépins de pamplemousse est un liquide provenant des pépins, de la pulpe et des membranes blanches du pomélo ou pamplemousse selon la dénomination française, de nom scientifique Citrus ×paradisi. Il s’agit d’un hybrique entre le pamplemoussier et, selon la tradition, l’oranger doux (Citrus maxima × Citrus sinensis, donnant Citrus ×paradisi). Son fruit, à l’écorce mince de couleur jaune ou rose est un fruit comestible composée d’une douzaine de quartiers. Il pousse en grappes, d’où son nom anglais de « grapefruit ».

L’EPP naturel préparé en laboratoire est obtenu par le broyage des pépins séchés et de la pulpe. Cette poudre est ensuite dissoute dans de l’eau pure et distillée (pour éliminer les fibres et la pectine). Une autre opération de séchage permet d’obtenir une poudre concentrée. Ce concentré est mélangé à un solvant (généralement glycérine) et à de l’eau puis chauffé sous haute pression[1]. Puis il est refroidi, filtré et traité aux U.V. Ce procédé ne nécessite pas l’ajout de solvants ni de conservateurs.

Voici 5 bienfaits de l’extrait de pépins de pamplemousse (EPP) :

1/ Anti-candida

La candidose, correspondant à un développant anarchique du champignon Candida albicans, génére de nombreux problèmes de santé à la fois chez les hommes et les femmes de tout âge. Il survient le plus souvent dans la bouche, les oreilles, le nez, les ongles de pied, les ongles, le tube digestif et le vagin. Une étude polonaise[2] publiée en 2001 a révélé qu’un extrait de pamplemousse à 33% avait un puissant effet antifongique contre les souches de Candida albicans prélevées chez des patients présentant des symptômes de candida. Les propriétés antifongiques de GSE l’aident à lutter contre les infestations de candida en détruisant les cellules de levure envahies par le corps.

Comment l’utiliser ? Faire une cure de 10 jours en interne, en consommant 20 à 30 gouttes, 3 fois par jour dans ½ verre d’eau. Pour les infections vaginales, faire un lavement vaginal : 3 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse + 5 gouttes de teinture mère d’échinacée dans un verre d’eau tiède. A l’aide d’une poire à lavement, injecter le mélange dans le vagin et renouveler l’opération jusqu’à 2 fois par jour durant 3 jours.

2/ Anti-pied d’athlète

Le pied d’athlète, ou intertrigo inter-orteils, est une dermatomycose, c’est-à-dire une infection de la peau par des champignons microscopiques.

Comment l’utiliser ? En tant que traitement naturel, appliquer 2 à 3 fois par jour un extrait de pépins de pamplemousse sur la zone concernée (peau et/ou ongles), en alternative à l’huile d’arbre à thé (tea tree).

3/ Anti infection urinaire et cystites

Une étude publiée en 2005 a révélé que les pépins de pamplemousse étaient très efficaces pour tuer les infections des voies urinaires résistantes aux antibiotiques, notamment sur les germes Klebsiella species, Staphylococcus aureus et Escherichia coli. L’étude a porté sur plusieurs patients ingérant des pépins de pamplemousse par voie orale pendant deux semaines, soit sous forme fraîche ou sèche, à raison de 5 à 6 pépins toutes les 8 heures. Au cours de ces deux semaines, tous les patients ont répondu de manière satisfaisante au traitement, excepté sur une personne porteuse du gène Pseudomonas Aeruginosa. Cependant, ce dernier patient présentait initialement une infection urinaire bactérienne résistante à trois antibiotiques différents, mais après avoir pris des pépins de pamplemousse, la résistance aux antibiotiques s’est inversée[3].

Comment l’utiliser ? Faire une cure de 10 jours, en consommant 25 à 40 gouttes, 3 fois par jour dans ½ verre d’eau.

4/ Aide à lutter contre les infections du système digestif, intoxications alimentaires, diarrhées, etc.

La présence de flavonoïdes, un groupe de polyphénols, dans l’extrait de pépins de pamplemousse favorise les bonnes bactéries de la flore intestinale, ce qui renforce l’immunité (puisque 75% de notre système immunitaire est produit dans les intestins) et favorise la diminution de la perméabilité intestinale en diminuant l’inflammation[4],[5].

Comment l’utiliser ? Dans le cas de maux de ventre, de flatulences, de diarrhées, voire d’intoxications alimentaires, faire une cure de 5 jours en interne, en consommant 20 à 30 gouttes, 3 fois par jour dans ½ verre d’eau.

5/ Aide à lutter contre les ulcères de l’estomac et du duodénum (il tue Helicobacter pylori)

Une récente étude montre que la présence de flavonoïdes dans l’extrait de pépins de pamplemousse permet de significativement augmenter : le flux sanguin gastrique ; la génération de prostaglandine E2 (PGE2) par la muqueuse (une enzyme favorisant la sécrétion de mucus protecteur) ; l’activité de l’enzyme antioxydante Superoxyde dismutase (SOD) ; et les taux plasmatiques de gastrine (une enzyme qui stimule entre autres le renouvellement cellulaire dans l’épithélium intestinal et dans l’estomac). Les chercheurs concluent que l’extrait de pépins de pamplemousse exerce une puissante activité gastro-protectrice contre les lésions gastriques induites par l’alcool (éthanol) et le stress[6],[7].

6/ Contribue à la diminution des problèmes de peaux (acné, eczéma, etc.)

L’extrait de pépins de pamplemousse possède des propriétés antimicrobiennes[8] avérées. Les infections de la peau étant souvent liées à des bactéries (et étroitement liés à l’hygiène de vie tant alimentaire que psychique), il est intéressant de l’utiliser en cutanée.

Comment l’utiliser ? Appliquez pur sur la zone concernée 2 fois par jour avec un coton-tige ou une compresse. Dans le cas de pellicules et démangeaisons du cuir chevelu : ajouter 5 à 10 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse à la dose de shampoing utilisée. Masser le cuir chevelu puis rincer. A effectuer 1 à 2 fois par semaine.


Pour finir, comment choisir votre extrait de pépins de pamplemousse (EPP) ?

– Vérifiez que le produit est composé de pépins de Citrus paradisii ;

– Votre EPP doit contenir au moins 33% d’extrait de pépins de pamplemousse ;

– Vérifiez qu’il n’y a pas d’ajout de conservateurs comme le chlorure de benzéthonium.

– Privilégiez la base glycérinée, sans alcool.


Grâce à toutes ces propriétés, l’extrait de pépins de pamplemousse est un indispensable de votre boîte à pharmacie naturelle !

Sources :

[1] « La vérité sur le pépin de pamplemousse. » Dominique Vialard, 25 février 2014. Alternatives Santé n°2.

[2] « Effects of 33% grapefruit extract on the growth of the yeast–like fungi, dermatopytes and moulds. » Krajewska-Kułak E. & al. Wiadomosci Parazytologiczne. 2001;47(4):845-9. [Article in Polish]

[3] « The effectiveness of grapefruit (Citrus paradisi) seeds in treating urinary tract infections. »Oyelami OA. & al. Journal of Alternative and Complementary Medicine. 2005 Apr;11(2):369-71.

[4] « The role of metabolism (and the microbiome) in defining the clinical efficacy of dietary flavonoids. » Cassidy A, Minihane AM. The American Journal of Clinical Nutrition. 2017 Jan;105(1):10-22.

[5] « Effects of flavonoids on intestinal inflammation, barrier integrity and changes in gut microbiota during diet-induced obesity. » Gil-Cardoso K. & al. Nutrition Research Reviews. 2016 Dec;29(2):234-248.

[6] « Grapefruit-seed extract attenuates ethanol-and stress-induced gastric lesions via activation of prostaglandin, nitric oxide and sensory nerve pathways. » Brzozowski T. & al. World Journal of Gastroenterology. 2005 Nov 7;11(41):6450-8.

[7] « Gastroprotective effects of flavonoids in plant extracts. » Zayachkivska OS. & al. Journal of Physiology and Pharmacology. 2005 Mar;56 Suppl 1:219-31.

[8] « The effectiveness of processed grapefruit-seed extract as an antibacterial agent: II. Mechanism of action and in vitro toxicity. » Heggers JP. & al. Journal of Alternatives and Complementary Medicine. 2002 Jun;8(3):333-40.

 

Article rédigé pour Regenerescence en février 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.