7 façons d’équilibrer vos hormones au naturel

Le système endocrinien, avec le système nerveux, est un des deux systèmes régulateurs de l’organisme. Certaines glandes de ce système (comme la thyroïde, les surrénales, l’hypophyse, les ovaires, les testicules, et le pancréas) libèrent des hormones pour assurer diverses fonctions comme : l’équilibre acido-basique, l’adaptation au stress, la croissance et le développement, la reproduction, le contrôle de la digestion, etc. Les hormones jouent le rôle de messager chimique : elles sont directement sécrétées dans le sang et peuvent agir sur des cellules cibles à distance de leur lieu de sécrétion. Ce système endocrinien est puissant et de légers déséquilibres peuvent causer des problèmes de santé majeurs et répandus.

En médecine allopathique, les traitements conventionnels pour les déséquilibres hormonaux comprennent généralement des thérapies de substitution hormonales synthétiques : pilules contraceptives, injections d’insuline, médicaments pour la thyroïde, etc. Malheureusement, cette façon de procéder est symptomatique, alors qu’en supprimant la cause, il serait envisageable de rééquilibrer le système (dans la majorité des cas, mais pas tous) et ainsi de supprimer le symptôme. Ces traitements hormonaux rendent également les personnes dépendantes de cette prise de médicament, et ne les rendent pas acteurs de leur santé. On dit en naturopathie que « la fonction crée l’organe ». Un organe qui ne travaille pas est donc voué à dégénérer. Ainsi, donner des hormones de substitution peut conduire à la dégénération d’un organe, ce qui est le contraire de ce qui est souhaité, et augmente le risque d’effets secondaires graves tels que les accidents vasculaires cérébraux, l’ostéoporose, l’anxiété, les problèmes de reproduction, le cancer et plus encore.

Mais il est tout à fait possible de prendre soin naturellement de ces hormones comme nous allons le voir.

Comment fonctionne le système endocrinien ?

L’axe hypothalamo-hypophysaire, c’est-à-dire le système comprenant l’hypothalamus et l’hypophyse au niveau du crâne, est l’axe permettant la sécrétion des hormones de notre organisme. L’hypothalamus est en lien avec l’horloge interne de l’organisme et envoi des informations via des hormones à l’hypophyse (composée de deux parties : la neuro hypophyse et l’adéno hypophyse) qui va à son tour synthétisée des hormones qui vont être véhiculées dans le sang jusqu’à un tissu cible. Et induire ainsi un effet pour réaliser une fonction : libération de cortisol et réponse au stress, sécrétion des hormones sexuelles et production de gamète, libération d’hormones thyroïdiennes et actions métaboliques en conséquence, régulation du sommeil, etc.

Il existe deux grands groupes d’hormones qui circulent dans le corps humain :

  • les hydrosolubles de nature peptidique / protéique, circulent librement dans le sang et agissent en se fixant sur un récepteur sur la surface de la cellule cible ;
  • les liposolubles (hormones stéroïdiennes et thyroïdiennes), circulent fixées à un transporteur protéique dans le sang et traversent directement la membrane de la cellule cible.

L’ensemble du système endocrinien travaille à sa propre régulation pour contrôler le niveau d’hormones qui circulent dans l’organisme. On parle de rétrocontrôle : il peut être positif (augmente la sécrétion d’une hormone) ou négatif (diminue la sécrétion d’une hormone).

 

Quels peuvent être les signes de déséquilibres hormonaux ?

Certains des signes et symptômes les plus courants de déséquilibres hormonaux comprennent :

  • Infertilité, règles irrégulières, syndrome prémenstruel fort voire endométriose ou cancer du sein
  • Gain ou perte de poids (inexpliqué, non dû à des changements intentionnels dans votre alimentation)
  • Modification de l’appétit
  • Dépression et anxiété
  • Fatigue
  • Insomnie
  • Faible libido
  • Changements d’appétit
  • Problèmes digestifs
  • Perte et amincissement des cheveux
  • Problèmes de régulation de température (frilosité ou chaleur excessive)
  • Arythmie cardiaque, etc.

Ces symptômes sont évidemment généraux et variables en fonction du trouble hormonal.

Voici quelques problèmes liés à des déséquilibres hormonaux et leurs symptômes :

  • Dominance des œstrogènes : changements dans les habitudes de sommeil, changements de poids et d’appétit, stress perçu plus élevé, métabolisme ralenti, syndrome prémenstruel fort, endométriose possible et risque élevé de cancer du sein ;
  • Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) : infertilité, prise de poids, risque accru de diabète, acné, croissance anormale des cheveux ;
  • Faible œstrogène : faible libido, problèmes de reproduction, irrégularité menstruelle, changements d’humeur ;
  • Hypothyroïdie : ralentissement du métabolisme, prise de poids, fatigue, anxiété, irritabilité, problèmes digestifs, règles irrégulières ;
  • Faible testostérone : dysfonction érectile, perte musculaire, gain de poids, fatigue, problèmes liés à l’humeur ;
  • Hyperthyroïdie : anxiété, amincissement des cheveux, perte de poids, IBS, troubles du sommeil, battements de cœur irréguliers ;
  • Diabète : prise de poids, lésions nerveuses (neuropathie), risque accru de perte de vision, fatigue, difficulté à respirer, bouche sèche, problèmes de peau ;
  • Fatigue surrénale : fatigue, douleurs et courbatures, anxiété et dépression, troubles du sommeil, brouillard cérébral, problèmes de reproduction ;

Il est évident que cet article ne remplace en aucun cas une consultation avec votre médecin et son diagnostic. 

Quelles sont les 7 façons d’équilibrer les hormones naturellement ?

1 – Consommez de bonnes graisses en quantité suffisante

Manger une variété d’aliments riches en acides gras à chaîne courte, moyenne et longue est la clé pour garder vos hormones sous contrôle. Votre corps a besoin de différents types de graisses pour créer des hormones, notamment des graisses saturées et du cholestérol. Non seulement ces graisses essentielles sont les éléments constitutifs fondamentaux de la production d’hormones, mais elles maintiennent des niveaux d’inflammation bas (notamment les oméga-3), stimulent votre métabolisme et favorisent la perte de poids. Les graisses saines ont l’effet inverse des sucres raffinés, qui eux entraînent une inflammation et peuvent perturber l’équilibre des hormones.

Voici de bonnes sources de graisses saines : huile de chanvre, de lin, de cameline, de noix ; la noix de coco fraîche ; l’huile de noix de coco vierge (faire attention à ne pas en consommer en excès) ; les avocats ; les olives ; les oléagineux (noix de Grenoble, noix du Brésil, amandes, noisettes, etc.) ; les graines (de lin, de chia, de tournesol, de sésame, etc.) ; certaines algues.

Favorisez les huiles riches en oméga-3 (lin, chanvre, cameline, noix) et évitez les huiles riches en oméga-6 (carthame, tournesol, maïs, coton, canola, soja et arachide).

2 – Utilisez des plantes adaptogènes

Les plantes adaptogènes sont une classe unique de plantes augmentant la capacité du corps à s’adapter aux différents stress, quelles que soient leurs origines. Elles favorisent ainsi l’équilibre hormonal et protègent le corps contre une grande variété de maladies. En plus de stimuler la fonction immunitaire et de lutter contre le stress, la recherche montre que divers adapotogènes – tels que l’ashwagandha, les champignons médicinaux, la rhodiola et le basilic sacré – peuvent :

  • Améliorer la fonction thyroïdienne
  • Abaisser le cholestérol naturellement
  • Réduire l’anxiété et la dépression
  • Réduire la dégénérescence des cellules cérébrales
  • Stabiliser la glycémie et l’insuline
  • Soutenir les fonctions des glandes surrénales

L’Ashwagandha, en particulier, peut être extrêmement efficace pour équilibrer les hormones. Cette plante a fait son apparition dans les écrits de médecine ayurvédique il y a plus de 3000 ans. Elle aide la personne à s’adapter à une variété de situations stressantes, que ce soit un stress psychologique (travail, famille) ou physiologique (froid, chaud, douleur, etc.). L’ashwagandha est anxiolytique, aide à combattre les états dépressifs, et régule le système immunitaire (l’active dans le cas d’une basse immunité et le calme dans les cas de maladies autoimmunes). Elle possède également des actions anti-spasmodiques et anti-inflammatoires. L’ashwagandha réduit les hormones de stress (cortisol), et nous savons que le stress aggrave toute condition autoimmune. Elle peut être utilisée pour soutenir une thyroïde lente ou hyperactive, et aider à surmonter la fatigue surrénale.

La baie de schisandra (également écrit schizandra), utilisée depuis des millénaires en médecine chinoise comme tonique et détoxifiant, semble fournir un effet tonifiant sur la thyroïde, tout en ayant une action dépurative sur les organes d’élimination qui permettront un meilleur fonctionnement du métabolisme général. De plus, en tant que plante protectrice et stimulante du foie, elle améliore la conversion des hormones thyroïdiennes (qui se déroule en partie dans le foie). Elle agit aussi comme adaptogène, réduisant le stress (cortisol), un des facteurs aggravants majeurs de l’hypothyroïdie autoimmune.

Le basilic sacré, également connu sous le nom de tulsi, est l’une des plantes médicinales les plus respectées en médecine ayurvédique avec l’ashwagandha. Elle aide à réguler les niveaux de cortisol, agissant ainsi comme un remède naturel contre l’anxiété et le stress émotionnel. Des études montrent que le basilic sacré peut également protéger vos organes et vos tissus contre le stress chimique des polluants et des métaux lourds, qui sont d’autres facteurs pouvant entraîner un déséquilibre hormonal. Certaines études ont démontré un effet anti-hyperglycémiant qui mérite d’être exploré pour les personnes souffrant de syndrome métabolique, condition qui précède souvent un diabète de type 2. Les diabétiques qui sont sous insuline doivent prendre des précautions avec le basilic sacré, car il peut faire diminuer la glycémie sanguine et donc perturber le traitement, avec un besoin éventuel d’ajuster les doses d’insuline.

3 – Corrigez les déséquilibres émotionnels

Selon la médecine traditionnelle chinoise (MTC), les émotions ont un impact direct sur la santé d’une personne. La gestion des déséquilibres émotionnels et de leurs causes externes peuvent aider à prévenir les problèmes de santé associés aux déséquilibres hormonaux.

En MTC, chaque organe est lié à une émotion : la colère et le foie, la peur et les reins, la tristesse et les poumons, etc. Ainsi la peur pourrait provoquer des maladies au niveau des organes reproducteurs, des reins et des glandes surrénales, affectant les niveaux de cortisol. Cela peut entraîner des conditions graves comme le SOPK et l’infertilité. Les émotions de frustration, d’impatience, de colère et de non-pardon provoquent une maladie du foie qui peut entraîner un déséquilibre œstrogénique. Et les émotions d’inquiétude et d’anxiété peuvent causer des problèmes avec les taux d’insuline, qui peuvent ensuite affecter plusieurs hormones.

Un élément majeur de l’équilibre naturel de vos hormones consiste à remédier aux déséquilibres émotionnels auxquels vous êtes confronté. Vous pouvez le faire en réduisant le niveau de stress, en engageant une réflexion personnelle et en prenant du temps pour vous. Pratiquez la méditation de pleine conscience en focalisant sur la gratitude et la guérison, des exercices de sophrologie, passez du temps à l’extérieur en pleine nature et faites de l’exercice physique modéré tous les jours. L’acupuncture, la chromothérapie et le massage peuvent également aider à améliorer l’équilibre hormonal, combattre le stress et améliorer la circulation sanguine.

Vos émotions et vos hormones sont liées, donc en travaillant à équilibrer l’une, vous avez un impact sur l’autre. Continuez à travailler sur votre équilibre émotionnel en l’intégrant à votre routine quotidienne.

Les oméga-3 cités ci-dessus, comme le magnésium, sont de simples compléments qui contribue également à l’équilibre émotionnel.

4 – Utilisez des huiles essentielles et assainissez votre environnement

Pour équilibrer naturellement vos hormones, il est important que vous éliminiez les toxines de votre corps en évitant les produits de soins corporels conventionnels fabriqués avec des produits chimiques potentiellement nocifs, notamment le DEA, les parabènes, le propylène glycol, etc. Aérez régulièrement votre espace de vie, et vitalisez l’air ambiant à l’aide d’huile essentielles. Sachez que celles-ci travaillent également au niveau émotionnel.

Voici quelques huiles essentielles (HE) équilibrantes hormonales :

  • Sauge sclarée : la sauge sclarée aide à équilibrer les niveaux d’oestrogènes car elle contient des phytoestrogènes naturels. Il peut être utilisé pour réguler votre cycle menstruel, soulager les symptômes du syndrome prémenstruel, aider dans la lutte contre l’infertilité et le SOPK, et même réduire les risques de cancer utérin et ovarien. Il sert également de remède naturel aux déséquilibres émotionnels, comme la dépression et l’anxiété. Diffusez 3 à 5 gouttes de sauge sclarée pour aider à équilibrer les niveaux d’hormones et à soulager le stress. Pour soulager les crampes et la douleur, massez 5 gouttes de sauge sclarée avec 5 gouttes d’huile végétale de votre choix au niveau de votre utérus (bas ventre). Attention, cette huile essentielle n’est pas recommandée dans le cas d’antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein.
  • Fenouil et estragon : elles aident à la digestion et diminuent ainsi les problèmes intestinaux pouvant provoquer des réactions auto-immunes, y par conséquent des troubles thyroïdiens. Vous pouvez frotter 2 gouttes de fenouil ou d’estragon sur le ventre ou réaliser une tisane aromatique à boire : dans une tasse, mettez 1 càc de miel, 1 goutte d’huile essentielle de fenouil ou d’estragon et 1 goutte de menthe poivrée. Mélangez. Puis ajoutez un peu d’eau chaude (non bouillante). Mélangez à nouveau et complétez la tasse avec l’eau chaude restante.
  • Lavande vraie et la camomille romaine : ces deux huiles essentielles apaisent, calment l’esprit et permettent ainsi de diminuer l’anxiété, la dépression, les sauts d’humeur et le stress. Elles favorisent également un sommeil réparateur, ce qui aide à équilibrer les niveaux d’hormones (puisque nous l’avons vu, les hormones sont dépendantes du cycle veille / sommeil en lien avec le cycle lumière / obscurité). Diffusez 5 gouttes d’huile de lavande à la maison, ou ajoutez 5 gouttes dans un bain d’eau chaude (à diluer au préalable dans une noisette de gel douche) ou appliquez 3 gouttes par voie topique sur vos tempes, votre dos, votre cou ou vos poignets.

D’autres HE sont intéressantes comme l’épinette noire pour soutenir les surrénales ; le bois de santal pour augmenter la libido, réduire le stress, et stimuler la clarté mentale ; le thym améliore la production de progestérone, ce qui aide à soulager les problèmes d’infertilité, le SOPK, la ménopause, la dépression, les fibromes, la perte de cheveux et l’insomnie.

5 – Supplémentez-vous pour combler les carences

Il est parfois nécessaire de compléter une alimentation avec des compléments afin de combler les carences qui peuvent conduire à un déséquilibre hormonal. Voici quelques exemples :

  • Huile d’onagre : l’huile d’onagre contient des acides gras qui soutiennent la fonction hormonale globale. Une supplémentation en huile d’onagre peut aider à soulager les symptômes prémenstruels et SOPK. Il contribue également à créer un environnement sain pour la conception.
  • Vitamine D : la vitamine D agit presque comme une hormone dans le corps et a des implications importantes pour maintenir les niveaux d’inflammation bas. C’est pourquoi les personnes qui vivent dans des zones sombres souffrent souvent de dépression saisonnière et d’autres problèmes de santé, à moins qu’elles ne complètent avec de la vitamine D. Le soleil est vraiment le meilleur moyen d’optimiser les niveaux de vitamine D, car votre peau nue fabrique de la vitamine D seule lorsqu’elle est exposée à même de petites quantités de lumière directe du soleil. La plupart des gens devraient se compléter s’ils vivent dans des zones sombres, pendant l’hiver et les jours où ils ne sont pas au soleil.
  • Probiotiques : ils peuvent aider à améliorer l’état de votre sphère intestinale, ce qui peut à son tour équilibrer vos hormones. Lorsque des particules alimentaires non digérées, comme le gluten par exemple, s’infiltrent dans votre intestin dans votre circulation sanguine, cela provoque une inflammation causant des maladies qui affecte tout le corps – en particulier les glandes comme la thyroïde qui sont très sensibles à une inflammation accrue. La plupart des personnes atteintes de perméabilité intestinale ont une flore intestinale déséquilibrée. Les probiotiques sont des bactéries saines qui peuvent réellement améliorer votre production et votre régulation des hormones clés comme l’insuline, la ghréline et la leptine.

6 – Méfiez-vous des médicaments et des contraceptifs hormonaux

Connaissez-vous les effets secondaires des médicaments que vous consommez ? Certains peuvent perturber votre équilibre hormonal, entraînant des effets secondaires comme la fatigue, des changements d’appétit, des habitudes de sommeil altérées, une faible libido, de la tristesse et même une dépression. Certains médicaments qui peuvent perturber votre équilibre hormonal comprennent les corticostéroïdes, les stimulants, les statines, les agonistes de la dopamine, et les glucocorticoïdes. Parlez à votre médecin des effets secondaires et recherchez des alternatives naturelles dans la mesure du possible.

Du côté des contraceptifs hormonaux, la pilule est un type d’hormonothérapie qui élève les niveaux d’œstrogènes à des niveaux si dangereux qu’il peut entraîner de nombreuses complications. Il existe de nombreuses autres façons (plus sûres) de prévenir la grossesse, comme la symptothermie ou le lady comp. Des études montrent que les risques pour la santé de prendre la pilule à long terme peuvent être :

  • Saignement révolutionnaire entre les cycles
  • Risque accru de saignement utérin, de coagulation sanguine, de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral
  • Migraines
  • Augmentation de la pression artérielle
  • Gain de poids
  • Douleurs au dos
  • Des changements d’humeur et émotions instables
  • Nausées
  • Problèmes au niveau du foie

Consultez un naturopathe pour contrôler votre fertilité sans faire du mal à votre corps !

7 – Dormez d’avantage et mieux !

Si vous dormez moins de 8 heures par nuit, et que vous vous couchez après 22h, vous ne rendez pas service à votre corps. Un manque de sommeil ou une perturbation de votre rythme circadien naturel peut être l’une des pires habitudes contribuant à un déséquilibre hormonal. Car les hormones fonctionnent selon une horloge interne dépendante du cycle veille / sommeil. Par exemple, le cortisol, la principale hormone du stress, est à son minimum à minuit. Sa sécrétion diminue quand celle de mélatonine augmente. La mélatonine est surtout sécrétée la nuit. Si on a une forte activité le soir, et que l’on se couche à minuit, il n’y a jamais vraiment de repos du système nerveux sympathique (le système nerveux de lutte contre le stress).

Le sommeil aide à maintenir les hormones du stress équilibrées, génère de l’énergie et permet au corps de récupérer correctement. Un stress excessif et un mauvais sommeil sont liés à des niveaux plus élevés de cortisol le matin, une immunité réduite, des problèmes de performance au travail et une plus grande sensibilité à l’anxiété, à la prise de poids et à la dépression. Pour maximiser la fonction hormonale, essayez idéalement de vous coucher avant 22 h, et respectez autant que possible un cycle veille-sommeil régulier. Pour favoriser l’endormissement, faites 5 à 10 minutes d’étirements et d’exercices respiratoires et prenez un bain de pieds chaud pour dériver l’énergie du mental vers le corps !

Et vous, quelles sont vos astuces pour équilibrer vos hormones ?

Cet article a été rédigé pour Regenerescence.

14 commentaires sur “7 façons d’équilibrer vos hormones au naturel

  1. Très intéressant ton article.
    Je propose d’ajouter à la complémentation les vitamines du groupe B ainsi que le zinc et le magnésium que l’on rencontre dans nombre de réactions biochimiques et dont beaucoup de femmes sont carencées de nos jours.
    L’explication du système endocrinien est bien détaillé. J’aime aussi l’approche qui consiste à chercher si le déséquilibre vient de la production d’hormones ou de leur fonctionnalité. Qu’en penses-tu ?
    En tout cas c’est un sujet de recherche passionnant !

  2. Bonsoir , super article ! Vous ne parlez pas du griffonia ni du bourgeon de framboisier .. pourtant ils sont bénéfiques aussi ..

  3. Bonjour,
    Votre blog m’a beaucoup éclairé.
    Toutefois je comprends qu’il y des plantes qui augmenteront les oestrogènes et d’autres la progestérone. Donc j’ai un peu peur de me tromper.
    J’ai 39 ans ,souffre de troubles prémenstruels avec une alopécie androgénique, le périnée perd en muscle, une petite prise de poids inexpliquée, et les émotions fluctuants à partir du quinzième jours du cycle. Votre blog m’a permis de voir que je mettait déjà en place dans mon quotidien beaucoup de chose positif. Cela dit je pense nécessaire de compléter pour mes hormones.
    Mieux vaut prendre du gattilier ou de l’alchemille?
    Dois je chercher à équilibrer ou contrebalancer les hormones ?
    Merci de m’apporter votre aide

    1. Bonjour Sabrina, je vous invite à consulter un naturopathe qui saura vous accompagner dans vos problématique par une approche douce et individualisée. Ne vous connaissant pas, je ne peux répondre en détails à vos questions. Prenez soin de vous.

  4. Bonjour,
    Peut on se soigner sans se faire accompagner par un médecin ?
    Comment trouver un médecin qui ait cette approche et qui va demander un bilan hormonal avant tout traitement ?
    Comment être certaine que les analyses demandées seront analysées avec finesse ? En effet, j’ai cru comprendre que pour tout dérèglement hormonal, il ne fallait pas seulement se contenter des problèmes liés à la thyroïde mais qu’il fallait également s’inquiéter d’un éventuel problème de fatigue surrénale et vérifier la cortisone, dhea, etc…
    J’ai tous les symptômes de l’hypothyroïdie mais mon analyse est bonne. N’y a t-il pas derrière une carence en cortisone et dhea ?
    Je ne suis pas rassurée de prendre des hormones (ou plantes) sans le suivi d’un spécialiste mais difficile d’en trouver.
    Merci pour votre retour.

    1. Je vous conseille d’aller consulter un naturopathe compétent qui vous accompagnera en parallèle de votre suivi médical. Le but n’est pas que de prendre des compléments alimentaires, mais surtout de faire revenir la vitalité et de rétablir le terrain. 🙂

  5. Bonsoir cet article est très détaillé et instructif. Je suis novice et je souhaiterai savoir où trouver la plupart des éléments naturels que vous citez dans votre article. Merci d’avance

  6. C’est un tres bon article,j’ai ma petite amie qui a un rerard des regles Durant ceds 3 deniers mois ,je pense qu’elle a un déséquilibre hormonal ..
    La contraception d’urgence peut en être la cause mais je ne pense pas que cette dernière peut provoquer ce retard dans la durée….

  7. Y’aurais t’il un complément a prendre qui contiendrais tout sa car la sa fait beaucoup de pillule naturelle a prendre haha

    1. Bonjour Sophie, on ne demande pas de tout prendre. Ce sont des propositions qui sont à adapter à chacun, et que vous conseillera votre naturopathe par ordre de priorité. Prenez soin de vous.

  8. Merci pour cet article.
    Chez moi, un dereglement hormonal est la cause de crises d’épilepsies qui sont arrivées du jour au lendemain suite à un stress post-traumatique. Mes crises se font chaque mois uniquement pendant mes règles et la nuit… Clairement lié à mes hormones… Mais quelle galère pour s’en sortir, être entendue et en guérir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.