Le sauna, une puissante technique d’élimination

L’hydrologie est une technique naturopathique où l’action de l’eau est utilisée à des fins hygiéniques afin de faire réagir la peau qui est un émonctoire secondaire prenant le relais sur le foie (grâce aux glandes sébacées) et aux reins (grâce aux glandes sudoripares). La température de l’eau est le paramètre sur lequel on va jour en fonction de l’objectif souhaité.

Le sauna est une technique d’hydrologie. Il existe deux types de sauna :

  • Sauna traditionnel dit finlandais: effectué dans une cabine en bois dans une atmosphère très sèche, où la chaleur avoisine les 90°C grâce à un chauffage ou des pierres chaudes.
  • Sauna infra-rouge: effectué dans une cabine en bois similaire aux saunas traditionnels, la chaleur est moins élevée, elle avoisine les 50-60°C, et la température du corps augmente sous l’action des rayonnements infrarouges de longue longueur d’onde ne pénétrant qu’en surface l’épiderme. Une fois pénétrés dans les tissus de l’organisme, ceux-ci rentrent en résonance avec les molécules de notre corps, augmentant ainsi la chaleur.

Le sauna est une technique d’élimination par la peau : la sudation, c’est-à-dire l’eau qui s’évapore du corps, déclenchée par la chaleur va venir refroidir le corps et éviter l’élévation de la température interne. L’eau constituant la transpiration vient du sang : le sauna a donc un effet dépuratif. Il permet le rejet des sels usés et d’autres toxines acides, et évite leur stagnation dans les humeurs (liquides de notre organisme) gênant le fonctionnement normal de l’organisme, et pouvoir mener à des maladies.

Le sauna possède des bienfaits à la fois préventifs et curatifs. Mais il est évident le sauna seul n’est pas suffisant pour maintenir une bonne santé. Une hygiène de vie globale est nécessaire : alimentation, exercice physique, repos, relaxation, gestion du stress et des émotions, massages, etc. Le tout au sein d’une environnement sain, exempt de pollution chimique, électrique, bruits, stress, angoisses diverses, sur-sollicitassions mentale.

Le sauna n’a pas toujours bonne presse : de nombreux à priori entourent la pratique. C’est pourquoi il est important de préciser que cette pratique doit se faire selon des règles très précises pour éviter tout problème circulatoire ou cardiaque. Dans le cas du sauna traditionnel, pour que le processus soit efficace et se déroule correctement, l’air doit être impérativement sec : pas d’eau sur les pierres, pas de cheveux ou maillots de bain mouillés, pas de serviette humide dans le sauna. On rentre cheveux secs et généralement nu. Les finlandais ajoutent de l’eau sur les pierres car le degré d’hygrométrie est très bas dans leur pays, ce qui n’est pas notre cas. Il est recommandé d’être aux alentours de 30-40% d’humidité dans l’air.

Le sauna est d’autant plus recommandé pour les personnes limitées dans leur mouvement et ne pouvant pas faire d’activité physique régulièrement.

LE SAUNA TRADITIONNEL

Alain Rousseaux, célèbre naturopathe ayant collaboré avec Pierre Valentin Marchesseau, est le fondateur de l’Institut Rousseaux, aujourd’hui renommé en « ISUPNAT » (Institut Supérieur de Naturopathie) et dirigé par un de ses élèves. Il était particulièrement adepte de cette pratique et en a fait un ouvrage « RETROUVER ET CONSERVER SA SANTE PAR LE SAUNA », qu’il est dorénavant quasi impossible de trouver.

Voici les recommandations indiquées dans son ouvrage, également pratiqué dans deux uniques centres en France : le Centre Tout Naturellement à Paris, et Naturôme à Bordeaux.

  • S’assurer de disposer d’un temps suffisant de 1h30 à 2h : 3 passages de 10 à 15 min et 3 repos.
  • Le sauna se prend nu (ou alors avec un maillot de pain sec, ou une culotte sèche. En prévoir plusieurs pour les différents passages si on l’utilise sous la douche).
  • Chainette, collier et montre sont laissés au vestiaire (car le métal est conducteur et ces objets subiront une élévation de T par conduction pouvant bruler la peau) ;
  • Commencer par prendre une douche chaude (sans se mouiller les cheveux) pour :
    • le nettoyage de la peau avec un savonnage de la tête au pied,
    • se réchauffer avant d’entrer dans la sauna (les extrémités doivent être chaudes)
    • stimuler les terminaisons nerveuses par la friction et ainsi préparer le système nerveux à la thermolyse.
  • Après la douche, le séchage de la peau évite de se refroidir. Prévoir éventuellement plusieurs serviettes si elles sont rapidement humides, une suffit normalement.
  • Premier passage entre 8 et 15 min en fonction des limites de chacun. Le pratiquant, appelé « baigneur » par Alain Rousseaux, s’assoit sur une serviette (sèche, différente de celle utilisée pour se sécher), jambes repliées ou allongées, les pieds sur le même plan que les fessiers (à la même hauteur pour éviter les problèmes circulatoires). La serviette permet de tempérer la sensation de chaleur au niveau de la peau et de récolter une partie de la sueur qui ne sera pas absorbée par le bois.

Si le sujet est bien réchauffé et relaxé, les premières gouttelettes de sueur apparaissent au bout de 2 à 3 min, d’abord sur le front, le dos et la zone sternale, puis s’étendent progressivement à tout le visage, l’abdomen et les bras. Les jambes sont les dernières à réagir, ce qui est normal car éloignées du noyau, leur température est légèrement inférieure.

On évite de parler, bouger, lire, on pratique le vide mental, afin d’être sur le système nerveux parasympathique permettant les éliminations. Dans le cas où vous êtes stressés, en colère, vous êtes sur le système nerveux sympathique : vous constaterez que votre capacité à transpirer, donc à éliminer et à vous refroidir, sera plus limitée.

La sortie doit être envisagée dès que la sueur roule sur le corps et ne doit pas dépasser 15 min.

  • Se rincer sous la douche à l’eau fraiche / froide pendant 2 à 3 min. Enfiler ensuite un peignoir et s’allonger pour se reposer (le sang peut ainsi mieux se répartir) dans un temps équivalent au temps de passage effectué. Après 10 à 15 min de repos, on commence une seconde séance. Celui-ci suit le même protocole : douche chaude pour évacuer la sueur possible du repos et réchauffer les extrémités, passage au sauna (le corps séché), douche froide, et repos. Le corps réagit plus rapidement, la sueur apparait simultanément en plusieurs points. Très souvent, le pratiquant bascule dans le sommeil durant ce second repos car l’esprit est relâché. Le sommeil varie entre 5 et 20 min, et si l’endormissement n’est pas total, le seuil de conscience s’abaisse très nettement.
  • Avant d’envisager un 3e passage, s’assurer qu’on a complètement récupéré, puis réitéré une dernière fois le protocole. Prendre une dernière douche après le 3e repos, avant de se rhabiller. Choisir des vêtements confortables, secs et adaptés à la température pour ne pas avoir froid en sortant.

Remarques : dès que la transpiration est bien présente et/ou que l’on commence à avoir trop chaud, se sentir mal, ou que des marbrures apparaissent sur la peau, sortir impérativement du sauna. Poursuivre avec la douche froide et le temps de repos jusqu’à ce que l’état de l’organisme se soit normalisé.

Pour les personnes habitant Paris, le Centre Tout Naturellement propose du sauna naturopathique, des enveloppements aux huiles essentielles pour ré-éduquer sa capacité à transpirer avant de se lancer dans du sauna, des massages drainants et relaxants. Un centre similaire existe à Bordeaux : Naturôme.

LE SAUNA À INFRAROUGES LOINTAUX (IR de type C)

Pour cette pratique, un seul passage suffit. Sa durée sera plus longue (30-40 minutes) au cours de laquelle on vérifie bien la transpiration. Faire suivre d’une douche froide et se reposer.

Bien évidemment, comme dans le cas précédent, ne pas rentrer en surchauffe : si le corps ne supporte pas la chaleur, faire des petits passages pour commencer.

Certains avantages existent par rapport au sauna traditionnel :

  • Il est moins chaud, et convient donc à plus de personnes : les petits, à partir de 6 ans, comme les séniors, ainsi que pour les personnes sensibles aux fortes chaleurs.
  • Le stress induit au niveau de l’organisme est moins fort, il est donc plus adapté pour les personnes ayant peu de vitalité.
  • Il apporte les bénéfices des bains chauds (fortification du cœur, action relaxante, moins de risque de rentrer en surchauffe, etc.) mais on peut vérifier que la personne transpire bien contrairement aux bains chauds.
  • Le problème de « faut-il mettre de l’eau sur les pierres ou non ? » est réglé : pas de pierres.

 

Faut-il boire ?

Avant la séance, il est possible de boire ou de ne pas boire, cela dépendra de votre objectif.

  • Si vous ne buvez pas, avant et pendant la séance, l’eau qui devra être éliminée sera puisée dans la lymphe et le sérum extracellulaire, éliminant ainsi les déchets. C’est donc l’option à choisir si on souhaite nettoyer l’organisme en profondeur mais elle est plus fatigante.
  • Si vous buvez, avant et pendant la séance, cela va vous aider à transpirer. Si vous débutez dans la pratique, il est conseillé de le faire. De même dans le cas de pathologies lourdes et d’un sang chargé en toxines, de personnes dont la filtration rénale est limitée ou présentant des calculs rénaux.

Après la séance, la perte d’eau doit dans tous les cas être compensés par un apport hydrique afin de maintenir l’homéostasie de l’organisme : il est donc important de bien boire à l’issue d’une séance de sauna.

Quand pratiquer ?

Dans l’idéal, il est recommandé une utilisation hebdomadaire du sauna, généralement en fin de semaine. Mais tout dépend de l’objectif et des contraintes de chacun : si l’objectif fixé est celui d’une détente physique et psychique, la fin de journée sera préférable. Si la séance est envisagée pour éliminer l’acide lactique de la séance de sport, elle devra suivre immédiatement l’activité. Le bon moment est donc celui qui correspond aux objectifs et besoins de chacun.

Si le temps manque en raison de contraintes liées au planning, réduire le temps de passage au sauna plutôt que les temps de repos qui sont indispensables.

Quels sont les bienfaits ?

  • stimulation de la circulation sanguine
  • amélioration du système cardiovasculaires
  • renforcement du système d’immunité et une meilleure protection contres les rhumes, grippes et autres infections
  • diminution des tensions musculaire et aide à la relaxation
  • soulagement des rhumatismes et des arthrites
  • diminution des douleurs
  • diminution des toux en cas de bronchite chronique
  • amélioration de la respiration pour les personnes asthmatiques
  • perte de poids et diminution de la cellulite
  • amélioration de la qualité de la peau
  • amélioration de l’oxygénation
  • réduction du stress et mieux-être global

Y a-t-il des contre-indications ?

Attention, si vous avez des problèmes cardiaques, circulatoires, cutanés, demandez conseil à votre médecin. Cette pratique n’est pas recommandée aux femmes enceintes.

Article rédigé pour Regenerescence et publié sur leur site internet en novembre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.