Une rentrée pleine de vitalité !

Les vacances touchent à leur fin et la rentrée approche. Voici quelques conseils pour entamer l’année scolaire tout en douceur et conserver sa vitalité pour les mois à venir.

1/ Le sommeil

Le sommeil est naturel : c’est une phase durant laquelle notre état de conscience baisse entre deux périodes d’éveils. Le sommeil a une influence sur la santé : c’est le quatrième principe vital d’Hippocrate. Si des insomnies sont présentes, on se dit « tiens, je pourrais prendre de la valériane ou de la mélisse pour me détendre ». Mais on passe souvent à côté de la cause réelle : nos nuits de sommeils sont aujourd’hui impactées du fait d’un manque de connexion à la nature et à son rythme, d’une surexposition aux écrans et autres pollutions visuelles, auditives et électromagnétiques qui donnent une trop grande quantité d’information à la minute au cerveau.

Le meilleur moyen de retrouver des nuits apaisantes : reconnectez-vous à la nature et au cycle de la lumière afin de favoriser un bon équilibre hormonal dans la sécrétion de la sérotonine et de la mélatonine. L’induction du sommeil, c’est-à-dire l’endormissement, est sous la dépendance de cette dernière. Allez marcher au lever du jour, idéalement pieds nus dans l’herbe pleine de rosée, et allez regarder le coucher de soleil. Utilisez des lumières douces et chaude, comme la bougie, après le coucher de soleil qui envoient la bonne information au corps. Evitez les lumières blanches violentes, qui projettent de la lumière bleue qui a plutôt tendance à activer l’état d’éveil.

La durée du sommeil est importante mais l’heure du coucher également, essayez de vous endormir vers entre 21 et 22 h pour avoir un temps de régénération nerveuse et glandulaire avant minuit, et une nuit de 8 heures minimum pour un adulte et de 9 à 10h pour un enfant en primaire ou collège. Saviez-vous que chez les adolescents, un sommeil insuffisant est corrélé à un plus petit volume de matière grise ?

Un corps ne peut se nettoyer que si il est mis au repos : les phases de repos, que ce soit le sommeil réparateur de la nuit ou les siestes en journée, sont indispensables à une bonne santé.

Article « Les bienfaits du soleil ».

2/ L’alimentation

Privilégiez une alimentation riche en fruits et en légume bio, avec un apport en légumes à feuilles vertes et d’herbes aromatiques pour une bonne source de chlorophylle. Evitez les produits transformés et raffinés, et supprimez les sucres industriels. Réservez une bonne part de vivant à votre assiette. Pour cela, limitez les cuissons excessives, privilégiez la cuisson vapeur et intégrez des graines germées, de véritables petites bombes nutritionnelles pleines de vie, des algues, et  éventuellement des jus de légumes dans votre journée. Privilégiez des bons corps gras avec des noix (amandes, noisettes, noix de Grenoble, etc.), des olives et des avocats. Choisissez des huiles de première pression à froid bio, de préférence riche en oméga-3 (chanvre, lin, cameline, etc.) à conserver au frais pour éviter leur oxydation.

Privilégiez les bonnes combinaisons alimentaires, et mangez lorsque la faim est présente, dans un endroit calme, en prenant le temps de bien mastiquer pour favoriser une bonne digestion et une bonne absorption des nutriments. Hydratez-vous bien.

Faites de délicieuses assiettes colorées qui procurent du plaisir tant à vos yeux qu’à vos papilles.

Vous pouvez trouver de nombreuses idées de recettes sur ce blog !

Articles « Pourquoi est-il préférable d’avoir une alimentation végétale ? » et « Mangez en pleine conscience ».

3/ L’activité physique et l’oxygénation

L’activité physique modérée et quotidienne est indispensable à la bonne santé. C’est une technique fondamentale en naturopathie car elle se veut autonome, où chacun est acteur de sa santé.

Elle a un double rôle et agit :

  • mécaniquement sur la digestion en induisant un massage des viscères ;
  • énergétiquement sur l’émotionnel et le système nerveux.

L’exercice physique permet de libérer dans le sang des endorphines qui :

  • déclenchent une sensation de bien être
  • atténuent la douleur
  • réduisent le stress et favorisent l’optimisme.

Cette morphine endogène (produite par l’organisme) possède une structure moléculaire proche de celle des opiacées (la morphine par exemple est un opiacé possédant une puissante action analgésique, c’est-à-dire qui diminue la sensation de douleur). En faisant de l’exercice physique, la fabrication d’endorphines peut être augmentée jusqu’à 5 fois la quantité normale.

Chez les adeptes de l’activité physique soutenue (marche, jogging), le fait suivant est bien connu : au bout de 15 à 30 minutes d’effort soutenu, l’esprit atteint un état légèrement euphorique où les pensées sont spontanément positives et même créatives.

Article : « Les adolescents et l’exercice physique, tirons le signal d’alarme » et « Les bienfaits de la marche ».

L’activité physique fait travailler notre respiration ce qui active la circulation sanguine et lymphatique. Mais en dehors de ces périodes d’activités physiques, la plupart des personnes aujourd’hui sont en apnée quasiment à longueur de journée (la posture assise sur une chaise n’arrange rien…) et respire juste ce qu’il faut pour survivre. Or la respiration est une fonction absolument essentielle à la vie qui se déroule à la fois de manière passive (automatique) et active (on peut forcer l’inspiration ou l’expiration). C’est la première chose que l’on fait en arrivant au monde, et la dernière en quittant ce monde. On peut se passer de manger, de boire pendant plusieurs jours, mais pas de respirer. La respiration est un outil de détente, de massage des organes viscéraux, mais aussi de nutrition (par l’oxygène que nous absorbons qui nous permet d’effectuer la production d’ATP, adénosine triphosphate, une molécule jouant le rôle de réservoir de l’énergie nécessaire à de nombreuses réactions métaboliques ou encore au transport actif d’espèces chimiques à travers les membranes biologiques). On sous-estime souvent la puissance du souffle, de la respiration.

4/ Les émotions et le stress

Révélée par le Dr David Servan-Schreiber, la cohérence cardiaque est une pratique thérapeutique reconnue par la science et conseillée par les médecins. Cette pratique proche de la méditation est gratuite, facile, non contraignante, autonome et peut être pratiquée partout. Elle est basée sur la respiration rythmée, et correspond à un état particulier de la variabilité cardiaque ayant de nombreux effets positifs sur la santé et le bien-être quotidien.

Cette méthode vous aidera à gérer vos émotions et votre stress. Pour en savoir plus, lire cet article dédiée à la méthode.

La sophrologie est également une technique adaptée à tout âge pour apprendre à gérer ses émotions et à être plus serein.

Je propose un cycle annuel de 20 séances  sur Pontcharra (38530) sur l’année 2020-2021, où j’accompagne un groupe sur l’année en sophrologie. Pour en savoir plus.

5/ Les écrans en tout genre

Limitez les temps devant les écrans et favorisez les temps d’interactions sociales en famille et entre amis.

6/ Plaisir et joie : gratitude au quotidien

Chaque jour, il est important de prendre du temps pour soi, d’être plus conscient du moment présent quel qu’il soit, et d’intégrer la pensée positive et la gratitude pour tendre vers le bonheur.

De nombreuses études dans le domaine des neurosciences montrent que la gratitude pourrait bien être la voie pour en finir avec nos insatisfactions, nos peurs et nos croyances, pour enfin savourer nos relations, la vie et ses petits miracles quotidiens. Selon une étude[1], les personnes pratiquant en conscience la gratitude quotidiennement durant 10 semaines, en sont ressorties 25% plus heureuses et plus optimistes pour leur avenir, et réalisaient 1,5 heures d’exercices supplémentaires par semaine, que les groupes témoins. Pratiquer la gratitude permettrait également de favoriser un meilleur sommeil[2], de réduire les risques de dépression, et d’augmenter la longévité par l’augmentation des émotions positives[3],[4] au quotidien.

Vous pouvez également relire l’article sur la sérotonine rédigé pour Regenerescence, cette hormone du bonheur, pour la booster.

Belle rentrée à tous !

[1] « Counting blessings versus burdens: an experimental investigation of gratitude and subjective well-being in daily life. » Emmons RA & McCullough ME. Journal of Personality and Social Psychology. 2003 Feb;84(2):377-89.

[2] « Gratitude influences sleep through the mechanism of pre-sleep cognitions. » Wood AM1, Joseph S, Lloyd J, Atkins S. Journal of Psychosomatic Research. 2009 Jan;66(1):43-8.

[3] « Positive emotions in early life and longevity: findings from the nun study. » Danner DD & al. Journal of Personality and Social Psychology. 2001 May;80(5):804-13.

[4] « The power of positive emotions: it’s a matter of life or death–subjective well-being and longevity over 28 years in a general population. » Xu J & al. Health Psychology. 2010 Jan;29(1):9-19.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.