Barre beurre de cacahuète et fruits rouges sans cuisson// Raw Peanut Butter & Jelly bar

Pour ceux qui ont déjà eu l’opportunité d’aller faire un tour chez nos amis américains, vous devez vous remémorer de votre tête lorsque vous avez pour la première fois découvert un de leur snack préféré : le sandwitch au beurre de cacahouète et à la confiture. Oui oui, ils en raffolent et c’est le goûter favori des écoliers et étudiants.

Pour ma part, j’ai eu l’immense chance d’aller étudier un semestre sur la côte Est des Etats-Unis et j’ai mis près de 4 mois avant d’oser goûter cette association pour le moins étrange… Résultat : c’est un délice ! Rien à voir avec ni la confiture, ni le beurre de cacahuète. Les deux ensemble forment une synergie et se marient à merveille ! Bon ok, ca reste un snack pas méga healthy si on ne fait pas attention à la qualité des ingrédients que l’on choisit, mais on peut se faire plaisir de temps en temps (en hiver, c’est hyper réconfortant… 🙂 ). Je vous propose ici une recette revisitée de mon snickers cru introduisant l’association beurre de cacahuète et « crufiture » de fruits rouges. La ganache chocolat est visuellement sympathique mais facultative au niveau du goût.


Fdrapeau_anglaisor those who have already been to America, I am sure you can still remember that moment when you discovered one of the Americans’ favorite snack: the peanut butter and Jelly sandwich (aka the P&B or PB&J sandwitch). Yes, they eat that and they loved it ! The combination of the peanut butter with Jelly on bread slices appeared in the 1920s and it was the rations of the US Army during World War II. This combination became so popular that it became a standard of the American cuisine (and one of the favorite snack for the schoolchildren ans students!).

Some years ago, I had the great opportunity to study a semester on the East Coast of the United States and I have to be honest with you … this association was not appealing at all for me as I was not a true lover of peanut butter. But 4 months after my arrival on the East coast, I decided to give it a try… The result was not the one expected: It’s a delight ! Nothing to do with either jam alone or peanut butter alone. The two together form a synergy and blend perfectly! Ok, it’s still not a very healthy snack if we do not pay attention to the quality of the ingredients we choose, but it can be a nice treat time to time (in winter, it’s very comforting … :)) . Below, you will find a twisted recipe of my own snickers introducing the combination of peanut butter and raw red fruit jam. The chocolate ganache is visually nice but optional regarding your taste buds.


pbj-bar-3

Zoom sur les cacahuètes

NutritionPeanuts

« Également appelées arachides, les cacahuètes sont des fruits à coque cultivés dans les régions tropicales, sub-tropicales et tempérées. Ces graines aléoagineuses sont à consommer occasionnellement car elles sont extrêmement riches en graisse. Cela leur confère de grandes vertus énergétiques (environ 580 kcal pour 100 g) et les rend particulièrement intéressantes pour les sportifs et les enfants en période de croissance. Elles sont également très utiles en cas de fatigue physique ou de stress. Les cacahuètes contiennent par ailleurs de grandes quantités de protéines, d’oligo-éléments et de minéraux (fer, sélénium, magnésium, phosphore, manganèse et cuivre notamment), mais aussi d’acides gras non-saturés, de fibres, de vitamines et d’antioxydants. Toutes ces nutriments ont des bienfaits sur la santé cardiovasculaire (à condition de ne pas en manger plus de 30 grammes par semaine). » (1)

Un peu d’histoire

« Les preuves archéologiques de la culture d’arachides remontent à plusieurs milliers d’années en Amérique du Sud où elles tenaient une place importante dans l’alimentation. Au XVIè siècle, les colons firent la découverte de ses différentes variétés qui prirent les voies d’exportation navales vers le Mexique, l’Afrique de l’Ouest et l’Asie du Sud-est. L’arachide constituait un aliment de choix pour nourrir les esclaves et arriva ainsi en Amérique du Nord où son usage se diversifia.

Les premiers à transformer l’arachide en pâte furent les peuples précolombiens du Mexique l’utilisant comme base pour les moles (sauces). En se répandant à travers le monde, le beurre de cacahuète finit par trouver sa place dans les spécialités d’autres continents, tels le mafé ouest-africain ou le satay du Sud-est asiatique. Aux Etats-Unis, la commercialisation du beurre de cacahuète débuta à la fin du XIXe siècle, lorsqu’un médecin prescrivit une pâte d’arachide comme substitut protéinique en cas de problèmes de mastication. Le beurre d’arachide, sous la forme crémeuse qu’on lui connaît actuellement, fut développé en 1922 grâce à l’hydrogénation1 et l’utilisation d’émulsifiants permettant une longue conservation. C’est à partir de là, que la production de beurre de cacahuète devint un commerce prospère aux Etats-Unis.  » (2)

Fabrication et composition – quel beurre de cacahuète choisir ?

De manière générale, « la fabrication du beurre de cacahuète implique le décorticage, le grillage à sec, le blanchiment des graines et le broyage fin. Le grillage et le blanchiment ne sont pas impératifs par contre la pellicule rouge ocre doit être enlevée avant le broyage. La pâte d’arachides, à laquelle on ajoute généralement du sucre, de l’huile végétale (arachide, tournesol ou palme selon l’origine) et du sel, constitue 70-90% du produit final. L’emploi d’huiles partiellement ou totalement hydrogénées ou de lécithines permet d’éviter la séparation de l’huile et de maîtriser le rancissement. Afin d’adapter la saveur, on utilise du sel et, en fonction goût des consommateurs, du saccharose, du sirop de glucose ou de la mélasse. On peut aussi trouver ou confectionner soi-même du beurre composé exclusivement d’arachides, la consistance sera plus solide et l’aspect plus clair. »

Or c’est justement ce premier type de pâte de cacahuète (ou arachide) qu’il faut éviter d’acheter car elle contient de l’huile alors que la cacahuète en contient déjà suffisamment, du sucre ajouté et du sel. Typiquement, on trouve ces produits dans les grandes surfaces au rayon des confitures ou des produits du monde. Notamment la marque SKIPPY, mais il faut également faire attention car acheter bio ne signifie pas toujours que c’est meilleur. La marque RAPUNZEL par exemple, fait un beurre de cacahuète contenant :

Arachides 91%, graisse de palme non hydrogénée, sel de mer, sucre de canne complet rapadura.
Ingrédients issus de l’agriculture biologique. Type crunchy avec petits éclats de cacahuète.

Je vous recommande d’acheter les purées d’arachide / purées de cacahuète en magasin ou rayon bio et de vérifier que la composition est 100% cacahuète. J’utilise pour ma part la marque Jean Hervé. La purée n’est pas crue car durant le process, après un léger grillage au feu de bois, les cacahuètes sont broyées à la meule. Ce séchage permet une meilleure digestibilité selon la marque. Il y a une autre marque que j’aime beaucoup : Perl’Amande. Cette marque fait des purées d’oléagineux crues… mais n’a pas encore la cacahuète à son catalogue. J’utilise en revanche leur purée de cajou et c’est un délice !

Passons maintenant aux choses sérieuses : la recette ! 🙂


More information on peanutsdrapeau_anglais

What is peanut and its health benefits

Peanut, also known as groundnut and goober (Arachis hypogaea), is a crop of global importance. It is widely grown in the tropics and subtropics, being important to both smallholder and large commercial producers. It is classified as both a grain legume, and, because of its high oil content, an oil crop. Peanut pods develop under the ground, which is very unusual among crop plants. As a legume, peanut belongs to the botanical family Fabaceae (also known as Leguminosae, and commonly known as the bean or pea family). Peanuts are similar in taste and nutritional profile to tree nuts such as walnuts and almonds, and are often served in similar ways in Western cuisines. The botanical definition of a « nut » is a fruit whose ovary wall becomes very hard at maturity. Using this criterion, the peanut is not a nut, but rather a legume. However, for culinary purposes and in common English language usage, peanuts are usually referred to as nuts.

Manufacturing and composition – what peanut butter to choose?

In general, making peanut butter involves peeling, dry roasting, blanching seeds and fine grinding. The roasting and blanching steps are not imperatives but the ocher red film must be removed before grinding. The peanut butter generally contains added sugar, vegetable oil (peanut, sunflower or palm by origin) and salt. The peanut paste constitutes only 70-90% of the final product. You can also find or make oneself exclusively of butter peanuts, consistency will be stronger and clearer appearance.

It is precisely this first type of peanut butter that you need to avoid buying because it contains added oil (which is not necessary), sugar and salt. Typically, these products are found in supermarkets with jams and products from all over the world. You can find several brands including SKIPPY brand. Plus, buying organic does not mean it is better for this type of product, you have to look at the ingredient list to be sure that you are buying a 100% peanut paste. RAPUNZEL brand for example, makes a peanut butter containing:

Peanuts 91%, non-hydrogenated palm oil, sea salt, whole cane sugar rapadura.
Ingredients from organic farming. Type crunchy peanut with small chips.

I recommend you to buy a 100% peanut paste / purée in the organic section of the supermarket or at your organic store. On my side, I am using the Jean Hervé brand. The puree is not raw because during the process, after a light roasting over a wood fire, the peanuts are crushed at the mill. This drying allows a better digestibility according to the brand. There is another brand that I love: Perl’Amande. This brand makes oilseed purees floods … but has not peanut in its catalog. I use them however for cashew butter and it is delicious!


collage-pbj-bar-2

RECETTE – BARRE CRUE BEURRE DE CACAHUETE & CRUFITURE de FRUITS ROUGES

Pour un moule à cake.

Ingrédients

Pour la base biscuitée :

  • 70 g de noix de cajou
  • 50 g de farine de coco
  • 1 à 1,5 càS de sirop d’agave
  • 45 g de purée de cajou

Pour le caramel au beurre de cacahouète :

  • 135 g de lait de coco bio (1/2 cup)
  • 75 g de beurre de cacahuète (100% cacahuète)
  • 135 g de dattes Sukkari dénoyautées (vous pouvez les acheter sur le site www.datecoop.com)
  • 1/2 càc de poudre de vanille
  • 1 pincée de sel non raffiné

Pour la crufiture de fruits rouges :

  • 55 g de dattes Sukkari dénoyautées
  • 135 g de fruits rouges surgelés (framboises et myrtilles pour ma part)
  • 1/2 càc d’extrait de vanille
  • 40 g d’eau minérale
  • 20 g de graines de chia (environ 1,5 càS)

Pour la ganache chocolat :

  • 25 g de cacao cru
  • 45 g de sirop d’agave
  • 25 g d’huile de coco bio

Méthode

  1. Sortir les fruits rouges du congélateur pour les laisser décongeler à température ambiante.
  2. Préparer la pâte biscuitée : mettre dans un robot les noix de cajou bio et mixer pour obtenir une poudre plus ou moins fine (en fonction de vos goûts, certains aiment le crunchy !). Ajouter ensuite la farine de noix de coco, le sirop d’agave, la purée de noix de cajou crue, et mixer pour obtenir une pâte. Mettre cette pâte au fond d’un moule à cake rectangulaire en silicone et tasser avec les mains pour avoir une couche homogène.
  3. Préparer le caramel de beurre de cacahuète : mettre tous les ingrédients dans le blender (en commençant par le liquide) et mixer jusqu’à obtention d’une crème « caramel » lisse et onctueuse. Déposer ce caramel de cacahuète au dessus de la base biscuitée. A l’aide d’une maryse, étaler de manière à avoir une couche uniforme et plate en surface. Réserver au réfrigérateur.
  4. Préparer la crufiture : mettre tous les ingrédients dans le blender et mixer jusqu’à obtention d’un coulis lisse. Verser ce coulis dans un bol, ajouter les graines de chia. Bien mélanger et laisser reposer 20 min. Le gel de chia va alors se former et contribuer à l’obtention de la crufiture. Au bout des 20 min (vous pouvez faire la vaisselle pendant ce temps là!), homogénéiser la préparation en remélangeant à nouveau pour éviter qu’il y ait des grumeaux de gel. Verser alors cette couche sur les deux précédentes. Etaler de manière à avoir une couche uniforme et plate en surface. Réserver au congélateur.
  5. Facultatif – après avoir laissé 15-30 min les couches précédentes au congélateur, préparer la ganache cacao : faire fondre l’huile de coco doucement au bain marie (ou alors au déshydrateur pour les crudivores). Une fois fondue, ajouter hors du feu le cacao et le sirop d’agave. Mélanger à l’aide d’un fouet manuel en remettant le mélange au dessus du bain marie pour garder la fluidité de la ganache, et en s’assurant qu’aucun grumeau ne reste. Verser la ganache au dessous des couches précédentes. Lisser la surface et saupoudrer d’éclats de fèves de cacao crues et de fleurs sèchées (bleuet ici). Réserver à nouveau au congélateur au moins 30 min.
  6. Vous pouvez ensuite déguster le dessert, ou alors le conserver au congélateur. Le sortir 45min – 1h avant dégustation pour lui permettre de retrouver son côté fondant

Bon appetit


pbj-bar

RECIPE – RAW PB&J BARdrapeau_anglais

For a cake mold.

Ingredients

For the raw crust:

  • 70 g cashew nuts
  • 50 g coconut flour
  • 1 à 1,5 tbsp agave nectar
  • 45 g cashew butter

For the peanut butter caramel:

  • 135 g coconut milk (1/2 cup)
  • 75 g peanut butter (100% peanut)
  • 135 g pitted Sukkari dates (you can purchase these dates on www.datecoop.com)
  • 1/2 tsp vanilla powder
  • 1 pinch of unrefined sea salt

For the raw red fruit marmelade:

  • 55 g pitted Sukkari dates
  • 135 g frozen red fruits (raspberries and blueberries here)
  • 1/2 tsp vanilla nectar
  • 40 g mineral water
  • 20 g chia seeds (approx. 1,5 tbsp)

For the raw cacao ganache:

  • 25 g raw cacao
  • 45 g agave nectar
  • 25 g organic coconut oil

Method

  1. Take the red fruits out of the freezer in order to let them defrost at room temperature.
  2. Prepare the crust: process in the food processor the cashew nuts until you have a fine powder (more or less fine if you prefere to have chunks!). Then add the rest of the ingredients, and process until you obtain a crumbly dought (you can use the pulse button). Pour the preparation into a cake mold and press it with your fingers to get a flat crust.
  3. Prepare the peanut butter caramel: blend all the ingredients together until you reach a creamy and homogeneous consistancy. Pour the caramel onto the crust, and using a spatula, flat the surface.
  4. Prepare the raw marmelade: blend all the ingredients together  into your blender until you reach a coulis consistancy. Pour it into a bowl, add the chia seeds, mix and let it sit for 20 min (you can clean the kitchen during that time!). After those 20 min, mix again the preparation to avoid gel lumps. The texture is thicker thanks to the chia seeds forming a gel. Pour the raw marmalade onto the 2 previous layers, spread it homogeneously and flat the surface. Put it in the freezer for at least 15 min.
  5. Optional – after 15-30 min, prepare the cacao ganache: using the double boiler method, melt the coconut oïl. Once melted, add the cocoa and agave syrup (out of the doule boiler). Put it back on the double boiler (to keep the ganache fluid) and mix well using a hand whisker making sure no lumps of cacao are remaining. Pour the ganache onto the previous layers. Smooth the surface and garnish with cacao beans chunks and sundried flowers. Put it back in the freezer at least 30 minutes.
  6. You can then enjoy this delicious dessert, or store it for some days in the freezer. Just take it out of the freezer at least 45min – 1 hour before serving to allow it to regain its melting aspect.

Bon appetit

collage-fruits-rouge-caramel

signature

Sources

(1) http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/37212-cacahuetes-bienfaits-pour-la-sante-des-cacahuètes

(2) « Le beurre de cacahuète : un délice qui s’étale à travers le monde » Garance Vuilleumier et Melina Nigg. Haute école de Santé de Genève. Filière nutrition et diététique. Juin 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *