Faisons le point ! Mon quotidien, ma vision de l’alimentation

Faisons le point.

Cela fait maintenant 2 ans que Pimp Me Green existe, et vous avez peut-être (sûrement !) constaté une évolution de contenu depuis. Au départ, l’idée était de véhiculer une image positive, gourmande et savoureuse de l’alimentation végétale santé en général, sans dissociation de cru ou de cuit. Pour les anglophones out there, on parle de « plant-based food ». Et puis au bout de quelques mois, je me suis rendu compte que cela ne me convenait pas. Pourquoi ? car les recettes que je proposais ne correspondaient pas à mon mode d’alimentation au quotidien : une alimentation dite vivante-vitale-vitalisante, c’est-à-dire crue à 80-90%, végétale, saine, biologique de manière générale, sans produits transformés ou raffinés. J’ai alors décidé de faire des recettes plus en accord avec mes valeurs et mon alimentation, d’où une majorité de recettes crues ces derniers temps.

Pourquoi faire le point ?

Suite à diverses discussions, il semblerait que beaucoup d’entre vous pensent que je m’alimente avec le type de recettes proposées sur le blog au quotidien, ce qui [navré si certains d’entre vous seront déçus] n’est pas le cas. En effet, j’ai une alimentation bien plus simple, sobre et minimaliste dans la vie de tous les jours. Ça ne m’empêche pas de prendre un immense plaisir à manger. Je ne me lancerai pas dans une « What I eat in a day » vidéo, car tous les jours sont différents : je mange en fonction de mes besoins et de mes envies du moment. Ce n’est pas de l’instincto, mais il y a quelques points communs. De manière générale, je ne petit-déjeune pas le matin, ce qui permet à mon corps de prolonger le jeûne de la nuit et de continuer son travail de régénération, on parle de jeûne intermittent. Cela m’est possible, car c’est adapté à mon tempérament de respiratoire thyroïdenne (jargon naturopathique) : mon système digestif n’est pas réveillé le matin, et le sera plus la journée avance. Lorsqu’il fait beau et que les températures sont douces, je bois de l’eau à température ambiante ou tiède, nature ou avec un jus de citron. Là aussi, je m’écoute : on voit souvent dans les magazines santé qu’il « faut » boire son eau chaude et jus de citron le matin … Que nenni. Cela n’est pas bénéfique pour tout le monde et cela dépend du tempérament de chacun. Pour certains, il sera basifiant ce qui est l’effet recherché, pour d’autres il sera acidifiant… ce qui est l’opposé de l’effet recherché. Je m’écoute donc, des matins j’en ai envie, d’autres pas du tout. Ça fonctionne souvent par période. S’il fait froid, j’aime bien une boisson chaude : soit une tisane, soit de l’eau tiède nature ou avec du jus de citron, soit de l’eau tiède et des gouttes aux huiles essentielles (les fameuses « Gouttes aux essences ») quand je sens une petite baisse d’énergie et mon système immunitaire au ras des pâquerettes. Ensuite je n’attends pas précisément une heure pour me dire « ok, maintenant il est 12h, c’est l’heure de manger », je ne mentalise pas cela. Je ne compte pas non plus si les « 16 h » de repos digestif promotionné par le jeûne intermittent son passé. Si vers 10h30-11h, mon corps me dit « j’ai faim » [je parle ici de vraie faim, d’un besoin des cellules de recevoir des nutriments, pas l’envie de manger. Mais pas non plus la faim qui créé un tel manque qu’on en viendrait à manger n’importe quoi et à ne plus s’écouter – on apprend à l’identifier au fur et à mesure de l’expérience], alors je mange. Je vais faire un tour dans la cuisine et écoute mes envies grâce à mes sens (visuel, olfactif et sensoriel principalement). Je commence souvent soit par des fruits, idéalement de saison : en été, des melons, des fraises, des framboises, des myrtilles, des pêches ; soit par un jus de légumes. En hiver, j’ai un peu moins envie de fruit, plus de légumes, donc je commence plus souvent par des jus de légumes. J’ai aussi besoin d’aliments plus denses, moins aqueux en parallèle. Il m’arrive aussi de commencer par un lait végétal chaud [1 càS de purée d’amande ou de cajou, 2 dattes, 250-300 ml d’eau chaude, des épices – à mixer au blender]. Selon la période de l’hiver, on trouve tout de même de délicieux fruits comme le kiwi, le kaki (ah les kakis !), les pommes (je raffole des Chantecler et des Boskoop), les poires, etc.

Ensuite, j’attends un peu (30 min à 1h) et me pose la question suivante : ai-je encore faim ? Si oui, je me fais une salade composée avec de la verdure, des légumes (champignons, carottes, betterave ou panais râpé en hiver – concombre, tomate, courgette, etc. en été), des graines germées, éventuellement de la choucroute crue, un avocat et ce que mon corps réclame et que j’ai de disponible (cela peut être par exemple des crackers sarrasin amande, en ce moment, j’en raffole !). Généralement, j’accompagne d’une sauce vinaigrette classique ou d’une sauce tahini – citron ou orange – moutarde à l’ancienne – tamari et eau. J’aime aussi incorporer 1 càS de Pianto doré[1] par jour dans mes vinaigrettes. J’évite de finir par du sucré, mais comme je suis très gourmande, je finis soit par une petite tasse de lait de riz tiédis avec par exemple quelques dattes ou des boules d’énergies qui trainent dans le frigo. Ensuite, je ne mange pas ou peu le soir. C’est comme cela que je me sens le mieux aujourd’hui. Mais ce n’est pas parce que cela me convient que c’est la règle universelle à suivre.

Tranches de patate douce fondantes pesto de kale à l'orange

Connaissez-vous l’individualisme ?

L’individualisme est un des 5 principes fondateurs de la naturopathie, c’est-à-dire que chaque individu est unique. Chaque personne est différente tant au niveau du fonctionnement que dans ses besoins, qui ne sont pas figés mais seront amenés à évoluer au fil des saisons, des contraintes, de l’état de santé, etc. Alors oui, il y a des principes de base s’adaptant à tout le monde (une alimentation physiologique, naturelle, basée en majorité sur les fruits et les légumes, non raffinée et non transformée, etc.) mais pas de règles précises et exactes à suivre pour tout le monde. Il n’y a pas UNE façon de s’alimenter, mais DES façons de s’alimenter.

Dès lors que nous souhaitons changer d’alimentation, que ce soit pour des raisons de santé, des raisons éthiques ou spirituelles, on est souvent perdu, tiraillé entre les recommandations officielles de l’état et tout ce que l’on peut lire sur le net sur « faut pas manger ci », « faut pas manger ça », « le régime Y est le meilleur » et j’en passe. Pour trouver le mode alimentaire qui nous convient, l’expérimentation est notre meilleur allié. C’est par l’expérimentation que nous transformons le savoir en connaissance. C’est en faisant des erreurs, que nous avançons. Plus que de rechercher mentalement comment s’alimenter, l’idée est de se reconnecter à notre corps, à nos sensations. De nous observer, et de voir comment il réagit dans telle ou telle situation. Comme dit Raphael Perez sur l’hygiènisme authentique, « il n’y a rien de plus important que d’écouter son corps, et rien de pire que de trop intellectualiser ce que « nous devons faire ». […] Je suis vivant. Vous êtes vivants. Un aliment est bénéfique lorsqu’il nous apporte l’énergie du vivant, qu’il dynamise l’organisme. Si ce n’est pas le cas, aussi bénéfique soit-il dans la théorie, il ne nous convient pas. Il est urgent de dédramatiser l’alimentation saine pour éviter qu’elle ne devienne sclérosante par son aspect très dogmatique. L’alimentation saine ne doit jamais être considérée comme un idéal figé. »

Ce qui me convient, n’est pas ce qui vous convient forcément. Vous obtiendrez votre vérité par vos expériences, vos rencontres, et cette vérité ne sera pas figée. Et celle-ci évoluera constamment, tout au long de votre vie.

« Quand notre alimentation ne convient pas au cœur ou au mental, il est indispensable de la faire évoluer pour qu’elle soit plus adaptée. C’est comme cela que l’on progresse. Et on progresse ensemble. »

Comme dit Antoine de Saint Exupéry « la vérité se nourrit de l’erreur d’hier ».

Et le cru dans tout ça ?

Crudivorisme, végétalisme, végétarisme, véganisme, etc. Tous ces termes très tendances sont pour moi catégorisant, c’est-à-dire qu’ils collent des étiquettes. Et je n’aime pas les étiquettes. Qui dit étiquette, dit case, dit comparaison, dit jugement. Je n’aime pas rentrer dans des cases, et je suis contre le jugement négatif dominé par l’ego. L’être humain, de manière innée, non plus. J’aime à qualifier mon alimentation d’une alimentation vivante, vitale et végétale, car c’est pour moi une approche positive qui « inclut » et non pas qui « exclu » des aliments. C’est une alimentation végétale à majorité crue : entre 70-75 et 90% en fonction des saisons. Ce n’est pas parce que ce blog propose des recettes essentiellement crues, que je ne mange que cru. L’idée n’est pas de dire qu’il faut que tout le monde mange à 100% cru. Tout d’abord car cela ne conviendrait pas à tout le monde (en fonction de l’état du terrain, du climat, des contraintes sociétales et environnementales, etc.). Ensuite, car trop « mentaliser » et vouloir à tout prix manger 100% cru peut-être vécu comme un stress par l’organisme. Et bien que le stress soit une réaction positive de l’organisme, s’il persiste, il devient néfaste.

Ma volonté, véhiculée grâce à Pimp Me Green, est de vous inciter à manger plus de végétaux et plus de cru au quotidien. Nous sommes des organismes vivants, et nous avons besoin d’aliments vivants pour nous nourrir tant par leur richesse nutritionnelle en vitamines et minéraux que par leur charge vitalogène. Les personnes qui jugent l’alimentation d’une autre personne comme « bien » ou « mal » sont pour moi dans l’erreur. Alors oui, comme nous le disions il y a des principes de base à respecter, mais pour autant, chacun fait de son mieux avec son savoir, l’éducation qu’il a reçue, ses habitudes de vie. Il faut souvent un événement délicat pour que nous nous questionnons sur nos habitudes de vie. Soyons bienveillant entre nous, restons ouverts, partageons, échangeons et intégrons plutôt que de critiquer, juger et rejeter.

Quelle est la place de l’alimentation en naturopathie ?

La naturopathie se base sur la santé et non sur la maladie. Elle reprend la notion de santé telle que définie par l’OMS en 1946 : « état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ». L’alimentation, bien qu’elle joue un rôle fondamental dans la santé en faisant partie des trois piliers de base, n’est pas le seul facteur changeant : l’état d’esprit, la pensée positive, l’activité physique modérée quotidienne, la communication, les liens sociaux, un état émotionnel et mental apaisé, un lien quotidien avec les éléments de la nature sont des facteurs tout aussi primordiaux pour une bonne santé. Le plaisir est un élément important dans tout activité effectuée au quotidien. Prenez du plaisir, la vie est trop courte pour ne pas en profiter. Et plus on vit longtemps et en bonne santé, plus on peut en prendre du plaisir. Alors n’oublions pas : « 80% de rigueur et 20% de plaisir » !

Des astuces pour rendre son alimentation plus vitale ?

Intégrez dans votre alimentation plus de fruits et de légumes (dont verdures et aromates qui sont très importants), des graines germées, des algues, des jus de légumes et faites une cure de spiruline crue régulièrement.

À vous de jouer : expérimentez, observez, soyez créatifs et faites-vous du bien !

signature

        

[1] Le Pianto, est un concentré de légumes et de plantes aromatiques tels que : carottes, rutabagas, betteraves, céleris, fenouils, persil, basilic, oignon, ail, thym, laurier, romarin, sauge et génévrier très riche en sels minéraux et oligo-éléments, fer, cuivre, zinc, manganèse et phosphore et notamment en magnésium, et pourvu en acides aminés essentiels (les composés des protéines) dont la méthionine, acide aminé qui fait souvent défaut dans notre alimentation courante. Niveau gustatif, c’est salé et ça rappelle le goût du Viandox.

2 commentaires sur “Faisons le point ! Mon quotidien, ma vision de l’alimentation

  1. merci beaucoup pour cette article. merci pour la phrase : « Le plaisir est un élément important dans tout activité effectuée au quotidien. Prenez du plaisir, la vie est trop courte pour ne pas en profiter. Et plus on vit longtemps et en bonne santé, plus on peut en prendre du plaisir. » merci encore pour celà : « Soyons bienveillant entre nous, restons ouverts, partageons, échangeons et intégrons plutôt que de critiquer, juger et rejeter. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *