5 questions à poser à votre naturopathe avant de débuter une consultation

1 – Qu’est-ce que la naturopathie ?

La naturopathie est une science, une médecine (reconnue par l’OMS après la médecine chinoise et ayurvédique), un art de vivre qui admet, selon la FENA, l’existence d’une énergie immatérielle qui anime tout être vivant et que l’on nomme énergie vitale (c’est elle qui permet de faire la différence entre la matière animée et la matière inanimée, entre un être humain ou une plante, et une table en bois !).

« La naturopathie vise à préserver et à optimiser la santé globale de l’individu, sa qualité de vie, ainsi qu’à permettre à l’organisme de s’auto-régénérer par des moyens naturels. »

2 – Quelles techniques sont utilisées ?

La naturopathie utilise 10 techniques naturelles de santé issues de la tradition occidentale. On peut faire un parallèle avec la médecine chinoise qui reconnaît elle aussi le principe d’énergie vitale avec le Qi mais qui utilise quant à elle des techniques issues de la tradition asiatique. Pareillement avec la médicine ayurvédique en Inde avec le Prana et les techniques qui lui sont propres.

  1. ALIMENTATION & DIÉTÉTIQUE (HYGIÈNE ALIMENTAIRE)
  2. PSYCHOLOGIE (HYGIÈNE COMPORTEMENTALE)
  3. EXERCICES PHYSIQUES
  4. TECHNIQUES RESPIRATOIRES
  5. TECHNIQUES MANUELLES
  6. HYDROLOGIE
  7. PHYTOLOGIE / AROMATOLOGIE
  8. REFLÉXOLOGIE
  9. TECHNIQUES ÉNERGÉTIQUES
  10. TECHNIQUES VIBRATOIRES

Un naturopathe possède donc une boîte à outils au sein de laquelle il va piocher des outils / techniques en fonction de l’axe prioritaire sur lequel travailler en fonction de son client. La naturopathie est une médecine dite « holistique » qui prend en compte l’individu dans sa globalité (état physique, psychique, environnement social personnel et professionnel, habitat, mode de vie, façon de s’alimenter, de gérer le stress et les émotions, etc. Elle prend en compte également l’histoire de l’individu, sa constitution et son tempérament que l’on peut identifier par un examen morphologique). Le naturopathe mettra donc en place différentes réformes pour travailler sur différents plans, et non pas une seule technique isolée.

3 – Qu’est-ce qu’un naturopathe ? Guérit-il ?

Un naturopathe est à la fois :

  • un accompagnateur / un guide sur le chemin de retour à la santé ou d’optimisation de la santé ;
  • un éducateur de santé : il prend le temps d’expliquer comment le corps fonctionne et pourquoi il propose telle ou telle technique.

Attention, un naturopathe ne guérit pas ! Comme votre médecin ou votre pharmacienne ne vous guérira pas. Vous êtes votre propre médecin intérieur, les personnes extérieures sont des aides, des accompagnateurs, mais c’est votre corps et vos cellules qui travaillent. Faites-vous confiance, vous avez la capacité à vous auto-guérir (cf. question 5). Vous êtes acteur et responsable de votre santé. Un naturopathe qui dit guérir est un imposteur, fuyez !

4 – La naturopathie peut-elle remplacer la médecine allopathique ?

La naturopathie ne remplace aucunement la médecine allopathique.

La naturopathie est une médecine traditionnelle (au même titre que la médecine chinoise et ayurvédique selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)) qui ne remplace en aucun cas la médecine allopathie (médecine dite « conventionnelle ») ou homéopathique. Ces trois médecines (allopathique, homéopathique, naturopathique) ont chacune leur place et interviennent à des moments différents en fonction de l’état de l’individu. La médecine naturopathique devrait être utilisée en prévention lorsque l’individu a suffisamment d’énergie vitale. Si cette énergie vitale n’est pas suffisante, il est recommandé de travailler avec l’homéopathie pour retrouver de l’énergie vitale qui nous permettra d’appliquer ensuite les cures naturopathiques. L’allopathie quant à elle est une médecine d’urgence, qui permet la survie lorsque la vie est compromise. Elle peut être soutenue par la naturopathie. Il n’y a pas de médecine unique, toutes sont légitimes et utiles, et leur utilisation dépend du contexte donné.

Si votre naturopathe dénigre ouvertement la médecine allopathique en ne prônant que les bienfaits de la naturopathie, méfiez-vous et posez-lui plus de questions pour savoir comment il se positionne. Si par malheur vous avez un accident de voiture, ce n’est pas la naturopathie qui vous soignera dans l’urgence. Mais la naturopathie pourra vous aider dans la convalescence, la récupération, la régénération. La collaboration est la base de la médecine intégrative, qui est le futur de la médecine.

5 – Que pensez-vous de la loi de l’homéostasie ?

La définition de l’homéostasie est la suivante : « tout système laissé à lui-même en l’absence de perturbation extérieure revient spontanément au bout d’un certain temps à son état d’équilibre (qui est un état de pleine santé, de joie, et d’abondance, si on revient à l’humain), ceci au travers de multiples processus régulateurs ». Cela veut dire que le corps humain, si on cesse de le perturber, revient spontanément à l’état de pleine santé au travers de processus (que l’on a pris l’habitude d’appeler symptômes et qui sont en réalité des processus régulateurs, c’est à dire nécessaire au retour à la pleine santé). Si l’on empêche le processus régulateur (symptômes – par la prise de médicament par exemple), on ne revient pas à la pleine santé. Si on perturbe le système, on ne revient pas à la pleine santé. Ainsi, il est important de savoir comment se positionne votre naturopathe : est-il conscient que ce sera essentiellement par des réformes d’hygiène de vie et la mise en place d’un environnement adéquat que le corps pourra se réguler, et non pas uniquement par un changement d’alimentation et la prise de nombreux compléments alimentaires ? Les compléments alimentaires ne doivent en effet être pris que si le corps à besoin d’une béquille, s’il y a une carence à combler. Mais ils doivent être choisi précisément en fonction de l’objectif ciblé, utilisés sur une période définie et non pas à long terme, et jamais utilisés avec plus de 3 compléments en même temps. Je recommande en général l’utilisation de superaliments, qui sont naturels et contiennent le totum de la plante, de l’aliment, et non pas une molécule isolée : le pollen frais, la spiruline, la klamath, le plasma de quinton, le jus d’herbe de blé frais, etc. Les plantes sont également de très bonne aide.

Bon chemin de santé à vous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.