Tu as un corps et il te parle ! Et si tu l’écoutais … ?

Voici un texte que j’ai souhaité vous partager, écrit par Delphine HOURLAY, une charmante jeune femme à l’origine d’inspirations quoditiennes à recevoir dans sa boite mail. Via son expérience personnelle et professionnelle, Delphine nous invite à nous poser les bonnes questions afin d’avoir autre regard, plus bienveillant, sur le monde et ainsi apporter plus de joie dans notre vie quotidienne. Merci Delphine !

. . .

Bonjour bonjour !

Aujourd’hui, j’ai l’élan de te partager une expérience toute récente.

Peut-être le sais-tu déjà, mais, lorsque nos actes ou ce que nous vivons n’est pas en alignement avec ce que notre Âme nous invite à vivre (un exemple classique étant de t’éteindre dans un job alors que tout en toi aspire à créer celui de tes rêves, unique, spécial, épousant tes passions,…) nous recevons 3 types de messages (du moins, c’est ce en quoi je crois – et je t’invite à expérimenter par toi-même avant de me croire sur parole).

Ces messages sont un peu comme les voyants d’une voiture. Ils nous avertissent lorsqu’il manque quelque chose, bref, ils nous préviennent qu’il va falloir agir, faire quelque chose de différent si on ne veut pas risquer l’accident ou autres perspectives peu engageantes.

Le message d’intensité 1 nous arrive par l’intuition (tu sais, cette sensation inexplicable qui te souffle dans le cœur ?).

Si on préfère l’ignorer, se déclenchent alors des messages d’intensité 2, les émotions désagréables (colère, tristesse, etc.) qui surgissent dans ces moments où on pose des actes ou où l’on est dans des situations qui sont complètement à côté de ce qu’il nous faudrait réellement. Comme le dit un proverbe, elles sont de bons serviteurs (mais de mauvais maîtres… ça on pourra en parler aussi).

Si tu préfères mettre un couvercle dessus en faisant du sport, en pensant à autre chose, en mangeant sans faim (… liste non exhaustive), arrivent alors les messages d’intensité 3 : les symptômes et mal-a-dit (en bref, c’est à ton corps de te transmettre ce que tu ne veux décidément pas voir… à coups d’inconfort voire carrément de maladies sérieuses mettant ta vie en danger).

Que dirais-tu d’éviter d’attendre un tel avertissement pour, doucement, faire retour en toi et écouter les ajustements que tu pourrais mettre en place pour aligner ta vie avec la juste vibration de ton Âme dans tous les aspects de ton existence : professionnel, familial, amoureux, amical, etc. ?

C’est exactement la teneur de ma dernière aventure de Vie.

Tu le sais peut-être, j’avais axé mon activité d’indépendante sur le coaching thérapeutique. Mais je sentais bien (intuition) que cela manquait en fluidité, que « quelque chose que je ne pouvais encore nommer coinçait » … Mais plus ou moins inconsciemment, je fuyais (si je commençais à écouter mon coeur, je sentais que j’allais devoir revoir l’entièreté de cette activité et une part de moi préférait nier cet inconfort pour ne pas à avoir à changer) …

Très rapidement et de façon récurrente, des émotions désagréables sont venues me tenir compagnie… Mais, même fuite, je les ai enterrées en faisant des activités très prenantes pour ne pas avoir à y penser…

C’est alors qu’une gêne intense est apparue dans mon oreille gauche, comme si un bouchon s’y était formé. Après le verdict de ma doc : « votre oreille est tout à fait opérationnelle », je me suis ok, il est hors de question que je me fabrique un mal d’oreille (que je perdre l’audition, que j’ai des acouphènes ou qu’elle commence à pourrir 🙂 ) et j’ai choisi d’aller écouter ce que mon corps avait à me dire (je sais, c’est fou d’en arriver là pour prendre une décision – mais c’est très souvent ce qu’on observe chez certains patients atteints d’un cancer par exemple: c’est lors de la déclaration de la maladie, de la possibilité de voir leur existence écourtée qu’ils acceptent enfin de revoir leurs priorités et de se mettre à l’écoute de ce qui compte vraiment pour eux).

Il existe des bouquins, véritables dictionnaires reprenant divers symptômes, maux et maladies donnant des indices sur ce que signifient ceux-ci. Moi, j’aime celui de Jacques Martel, mais ayant suivi une formation, je me réfère à la technique qui m’a été enseignée. Quoi que tu choisisses de faire, surtout, ne prends pas ce que tu lis pour argent comptant, mais sens comment ça résonne en toi et vois quel petit pas tu pourrais poser chaque jour pour te réaligner sur ton N-OR-d…

Dans mon cas, il n’y avait pas vraiment besoin de dictionnaire ou de thérapeute : « Il s’agit d’une difficulté avec le temps pour t’écouter par rapport à quelque chose que tu sens concernant ton existence »… Clairement, je ne voulais pas prendre le temps de me poser et d’écouter vraiment ce que mon cœur me crie depuis un bout de temps et ce que les personnes qui me connaissent me répètent depuis des lustres : ton truc, c’est l’écriture, fonce 😉 ! (il m’a suffi d’une demi-heure en silence avec moi-même et la prise de décision que oui, j’allais me consacrer à l’écriture au service du bien-être de tous, pour que ma gène entêtante à l’oreille disparaisse complètement).

Mon petit rappel du jour, il est vraiment là :

et si tu considérais ton intuition, tes émotions et tes sensations corporelles comme de magnifiques petits anges qui volent à ton secours quand tu dépasses les bornes de la Route du Bonheur ?

Faire en sorte qu’un réflexe s’installe en te posant les bonnes questions au bon moment : « Oula, je me sens triste et frustrée à chaque fois que je passe du temps avec cette amie… qu’est-ce qui se passe dans notre relation pour que ce ressenti apparaisse et que pourrais-je mettre en place pour réajuster cela ? »…

  

http://www.delphine-hourlay.com/

 

2 commentaires sur “Tu as un corps et il te parle ! Et si tu l’écoutais … ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *